L'engagement

Lettre ouverte de Bertrand Usclat, fondateur et CEO de Broute Now. 

 

  

 

"Longtemps, je me suis posé la question de l’engagement.


L’engagement par l’humour, bien sûr, mais celui-ci, j’ai l’impression de l’avoir découvert par accident. Je ne suis pas un militant, mais il se trouve que ce qui me fait rire possède la plupart du temps une dimension sociale et/ou politique.

 

L’humour est confortable. Il est plus simple de défendre une idée lorsque l’on peut se retrancher derrière un sourire, un personnage ou une situation. Dire quelque chose du monde pour finalement se protéger par un “c’est que de l’humour”.

Et c’est sa force. La position intermédiaire et inconfortable du bouffon, entre peuple et politique, est un endroit fragile où le pouvoir (de la masse comme du roi) lui octroie un instant de folie, de divagation, de dénonciation.


Je me pose souvent la question de la place de l’artiste au sein de la Cité, de son rôle, à mi-chemin entre l’amuseur public et l’éveilleur de conscience. J’ai toujours voulu être comédien pour jouer les mots des autres, mais je crois que je n’ai finalement jamais été aussi bon incarnant que lorsque j’avais quelque chose à dire.
Finalement, la question que je me pose aujourd’hui est “qu’est ce qu’un artiste”, ou plutôt, “qui suis-je en tant qu’artiste ?”.

Qu’ai-je à dire ?

A l’époque des réseaux sociaux, nombreux sont les influenceurs qui se diversifient dans de nombreux domaines. Les exemples ne manquent pas, et on voit bien qu’aujourd’hui, pour un créateur de contenu, qu’il est parfaitement cohérent de créer une marque de vêtements une fois une certaine notoriété atteinte. Il semblerait que ce soit mon tour.

 

Mais quelle direction donner à cette évolution ? Comment rendre à ma communauté ce qu’elle m’a apporté sans pour autant trahir les valeurs que je défends dans mes vidéos ?

 

Je ne me prétends pas lanceur d’alerte, car tout le monde sait aujourd’hui que le travail des enfants est un des pires fléaux que connaisse l’humanité. 

Il n’y a plus d’alerte. Il y a pire. Il y a une norme. Une habitude, avec laquelle nous sommes nés et que nous regardons de loin au travers de documentaires.


L’humanitaire “classique” loupe trop souvent le coche de l’aide au développement en n’apportant qu’un soutien financier ou alimentaire éphémère et qui trop souvent se perd dans les circuits obscurs de la corruption.

Ce dont ont besoin ces populations, c’est une chance, une introduction à la gestion de leur avenir, un message d’encouragement à prendre leur destin en main et à ne plus subir les aléas d’un monde globalisé dont ils ne font pas partie. 

 

Si la charité n’a fait, jusqu’à présent, que rappeler aux oubliés de l’histoire qu’ils sont pauvres à nos yeux, Broute Now veut aujourd’hui leur faire dire qu’ils sont en réalité immensément riches d’eux-mêmes. De leur avenir."

 

Bertrand